Tout va bien ici. Toujours la gueule de travers comme un matin d’après Gras, sauf que je n’ai rien bu, je le jure, le Rhum c’est pour après. Je ne regarde pas les autres. Je fais ma route comme elle me semble, et j’essaie de faire avancer le bateau, qui avance assez bien sans moi d’ailleurs. GV, un ris et solent, sous 20/25 nœuds. Je contourne petit a petit l’anticyclone et la dorsale que je vois venir avant de mettre le clignotant à gauche derrière le front froid. Après on verra, mais je crains que les Alyzes soient pour une autre traversée!

Je pensais au Mouez Port Rhu de Douarnenez, et je leur proposerais bien une chanson avec comme refrain « et que pour s’amuser, c’est sur Vill’ de Douarnenez qu’il faut embarquer ! »
Moral au beau fixe donc !

Bertrand Guillonneau