Ici, je vis et dors oblique, pour encore un bon bout de temps, d’un côté ou de l’autre, avec l’humidité qui suinte de partout. Je me protège comme je peux. Je dors beaucoup car il me semble que c’est encore ce qu’il y a de mieux faire dans ces conditions, le pilote s’occupe du reste.

L’anticyclone est en face. Et il faut que j’aille en faire le tour. Longue route au près en perspective, la crème solaire sera pour l’arrivée !