Départ un peu gaché par un Perros de mauvaise humeur sans doute, ou qui était trop impressionné par le monde, toujours est-il qu’il a fallu le rentrer en catastrophe et s’y reprendre à deux fois pour passer la bouée de cap Frehel.
Dommage pour moi qui n’est pas pu profiter de l’ambiance, dommage pour les spectateurs et dommage pour mon classement car me voilà donc dernier, sans aucun doute.*

Après ces balbutiements, me voilà apres une nuit de course à traverser le rail d’Ouessant, la fameuse zone de séparation du traffic qui permet d’éviter que d’autres Torrey Canon viennent jouer a saute mouton sur nos cotes.

Après, c’est la pleine mer, l’océan devant moi, plus d’arrêt en vue que celui de l’arrivée. Je suis un peu impressionné, je dois dire. Auparavant je m’étais toujours arrêté quelque part, aux Acores, à Madere, à St Pierre et Miquelon, mais ce n’est que du bleu, et en grand !

L’intérieur du bateau ressemble a un grand étalage de sacs en tout genre, je suis sur Grand Voile et Gennaker, sous 20 nœuds, avançant tranquillement dans une mer plate, je suis sûr que les multi doivent se  régaler…

Aujourd’hui, analyse météo et préparation de tout mon petit matériel pour le premier front qui devrait arriver bientôt sur mes Poèmes.
Kenavo !