Son nom de course sera donc Ville de Douarnenez. La municipalité souhaite ainsi s’associer à mon projet de course au Large..

Je parle de “manifeste” dans mon site de présentation de Poèmes bleus, et que donner à un bateau de course au Large le nom d’un recueil de poésie était ma façon de donner un autre sens à ma Route du Rhum puis aux courses à suivre avec ou sans moi, et à mon échelle de parler des quelques choses auxquelles je crois.

Porter le nom de Douarnenez sur mes voiles en est un autre, celui de parler de la ville, des gens de son pays et de la culture qui y habite depuis longtemps, celle de la mer et de la pêche d’abord puisque tout commence là, et celle aussi qui ira dans les galeries -il suffit de regarder la liste des peintres qui ont peint Douarnenez pour comprendre qu’il y a là, à cet endroit, dans cette « terre de l’île », quelque chose de magique qu’ont vu également Max Jacob ou Georges Perros pour dire aussi celle qui sera imprimée.

Du coup les idées foisonnent, la médiathèque Georges Perros s’associe à mon histoire et l’on évoque une exposition sur Perros avec son fils Fréderic Poulot, et des lectures à St Malo, des manifestations durant les Fêtes Maritimes de Douarnenez à la fin Juillet avec le Port-Musée peut-être, la participation de classes scolaires de la ville à cette transatlantique, enfin mille petites choses qui s’additionneront une à une pour faire de cette mythique Route du Rhum une odyssée collective, enfin je le souhaite.

Il faut ici que je remercie mon sponsor principal, IOT Plc, qui a rendu toute cette aventure possible et qui a compris dès le début ce dont je voulais parler, qui a osé s’associer à ce projet sans demander autre chose que son nom sur les voiles du triangle avant Qu’il soit ici remercié même s’il est peu probable qu’il lira ces lignes puisque il est britannique! J’espère que d’autres partenaires nous rejoindront puisqu’il y a aussi des budgets à boucler.

La devise de Douarnenez est « Dalc’h mad » (Tiens-bon), je m’en souviendrais.

En attendant Douarnenez me laisse sa baie où je m’entrainerais bientôt, c’est aussi un cadeau rare…