Après mon stop à Funchal, sur la grande île de Madère, pour réparation de mes deux pilotes, je suis reparti hier à midi. NKE a été super me téléphonant dès 8 heures 30 pour m’aider à réinitialiser mon pilote et j’ai donc pu installer mon mode «vent réel» qui me sera bien utile dans les alizés.

Gonsalves, shipchandler dans une boutique improbable d’une ruelle de Funchal, minuscule et encombrée d’un fouillis nautique  incroyable, est venu à bord contrôler mon pilote auxiliaire tout neuf : le compas ne fonctionnait pas… Pour un pilote tout neuf, ça ne fait pas très sérieux !

Enfin, maintenant, tous deux fonctionnent et, même si je dois encore trop souvent et inexplicablement réinitialiser mon gyropilote, maintenant, je sais le faire et je peux compter sur mon auxiliaire.

Du coup, je peux m’intéresser à la nav’ !

Notre anticyclone est bel et bien là, tout gros tout dodu, qui m’oblige à faire une route presque Sud bien loin de l’orthodromie… J’investis donc des milles vers les Canaries.

J’espère que notre HP ne va pas me faire le coup de Madoff et partir avec la caisse, sinon ça va me coûter, cher ce petit détour dans les îles espagnoles. Déjà que mon capital a bien fondu…